vendredi 24 juillet 2015

La prédation chez le chien de compagnie

Mon chien, mon meilleur ami, mon compagnon de tous les jours, a tué le chat de la voisine. Soudain, il m’est apparu comme un étranger. Au-delà du choc, de la violence de l’attaque, j’ai été forcée de le voir tel qu’en lui-même : un canidé, un prédateur, aux sens et à la mâchoire aiguisés pour la chasse.

Hiatus : il y a d’un côté le chien que j’aime, que j’imagine, et de l’autre celui qui, sous mes yeux effarés, a brisé la colonne vertébrale du chat de la voisine. Qui est peut-être même ensuite venu vers moi, tout content, avec son trophée dans la gueule. Comment réconcilier ces deux visions du chien ? Mon chien câlin et tranquille, et la brute sanguinaire qui a surgi d'un coup, me laissant traumatisée ? 
Peu préparés à ce genre d’événements, les propriétaires peuvent se sentir comme sidérés, effrayés, culpabilisés. L’on rencontre les mêmes sentiments lors des conduites agressives : comment ce chien, qui partage ma vie depuis tant d’années, a-t-il pu me mordre ? Pris de doutes sur leurs capacités à être des bons maîtres, certains se sentent mis en défaut, tandis que d’autres ont soudain peur de leur animal. Et pourtant, en y réfléchissant juste un peu, quoi de plus naturel pour un chien que de partir en chasse ? Tous les chiens de compagnie ne sont plus capables d’aller jusqu’à estourbir ou ingérer des proies, mais la plupart expriment (parfois quotidiennement) un certain nombre des comportements liés à la prédation. Lorsque Médor prend sa peluche et la secoue violemment, il ne fait rien d’autre que mimer la mise à mort d’une proie. Idem lorsqu’il poursuit sa balle, ou rapporte son jouet pour qu'on le lui relance.  
 
La balle : un substitut de proie (Crédit photo : Marie PERRIN)
Le chien, un prédateur
Car le chien est génétiquement programmé pour la prédation. Instinct puissant, lié à sa nature même de canidé, à la survie, la prédation implique une série de patrons-moteurs, que Joël Dehasse définit comme suit dans « Tout sur la psychologie du chien » : «Un patron-moteur est un comportement génétiquement prédéterminé, inné, qui n’a pas besoin d’être appris pour s’exprimer, mais qui a besoin d’apprentissage pour se perfectionner, et qui est auto-renforcé». Ce qui signifie que le chien est un prédateur-né, mais que chaque fois qu’il part en chasse, il se perfectionne, apprend par essai erreur, et, surtout, que toute chasse réussie renforce son envie d’y retourner. L’on entend souvent dire « une fois qu’il a le goût du sang, on ne peut plus rien faire ». C’est évidemment faux, mais le langage populaire exprime malgré tout une certaine vérité : le chien qui parvient au bout de sa prédation vit un renforcement maximal, une sorte de fabuleux jackpot. Désormais, il sait que c’est possible, et surtout que c’est vraiment une expérience épatante !

Attention danger ! (Crédit photo Guillaume CHATELLARD - reproduction interdite)
 
Parmi les patrons moteurs de la prédation, l’on peut citer par exemple la fixation visuelle, la traque, la poursuite, la capture, la mise à mort, l’ingestion. Bien sûr, toutes les races, et tous les individus, ne sont pas capables d’exprimer tous ces patrons moteurs. D’autant que l’être humain a su tirer bénéfice de ces aptitudes naturelles. Grâce à la sélection génétique, il a fixé certains patrons moteurs chez certaines races : ainsi la fixation visuelle chez le border collie. Si les chiens ont la capacité de rassembler et de garder des troupeaux, c’est parce qu’ils sont des prédateurs, et que les éleveurs, au fil de leurs sélections, ont su briser la séquence comportementale complète de la prédation pour n’en conserver que ce qui pouvait leur être utile pour le travail. Et que dire des chiens de chasse sinon qu'effectivement, le terme «chasse» est suffisamment explicite : l'être humain a  créé puis «amélioré» toutes les races de chiens de chasse à des fins utilitaires, en éliminant certains patrons moteurs et en en optimisant d'autres : traque à l'odeur, affût, rapport sans abîmer la proie, etc. Même la recherche de personnes s'appuie sur l'instinct de chasse du chien (traque à la vue ou à l'odeur selon la discipline).
La prédation, une conduite agressive ?
Les spécialistes peinent à s’accorder sur une question : la prédation doit-elle être considérée comme une conduite agressive ? Pour certains éthologues, non. D’autres continuent de la classer dans les conduites agressives. Certes, l’acte de prédation est une atteinte à l’intégrité physique d’un autre être vivant, mais étant lié à la survie, à l’instinct même de l’« être chien », l’on peut légitimement se demander s’il s’agit d’agression, ou d’autre chose. En tout cas, le débat semble ouvert.
Bien sûr, certaines prédations sont aberrantes. Ce qui ne veut pas dire qu’elles ne sont pas fréquentes. Comme pour la plupart des comportements canins, l’on ne soulignera jamais assez l’importance de l’imprégnation précoce. Un chien habitué tout petit aux chats, aux chevaux, à toutes les espèces possibles d’animaux, présentera très certainement moins de tendances prédatrices qu’un chien qui croisera son premier chat à l’adolescence*. Cela vaut pour la prédation sur petits chiens, et pour la prédation sur enfants. Car oui, certains chiens, les médias ne manquent pas de le relayer en boucle lorsque cela se produit, prédatent les enfants. Tout particulièrement en bande : facilitation sociale et ganging peuvent faire des ravages. Certains grands chiens prédatent également les (tout) petits chiens. Ceci dit, lorsqu’on voit la diversité des races et des morphologies de nos chiens domestiques, l’on est parfois étonné de la capacité d’un dogue allemand à reconnaître un congénère en un mini-chihuahua. Face à de grandes disparités de taille, rappelons-le, la prudence doit toujours être de mise.
 
La fixité du regard, l'attitude générale du corps : cette vache pourrait passer un sale quart d'heure...
(Crédit photo : Marie PERRIN)
Mon chien prédate, que faire ?
Un chien qui prédate est un chien… normal ! Lorsque sa prédation ne s’exerce pas sur des enfants, elle n’a rien de pathologique. Privés de la possibilité de laisser s’exprimer ce puissant besoin, certains individus chassent les joggeurs, les cyclistes, les voitures, tout ce qui bouge en somme. Que peut-on faire ? Anticiper, tenter une familiarisation à certaines espèces, tenir son chien à la laisse s’il est très prédateur et que l’on se promène dans un secteur giboyeux, éventuellement travailler les blocages en éducation - avec les risques d’échecs liés à la valeur extraordinaire de la proie qui s’enfuit. Et se dire que notre chien, sous ses dehors policés, même toiletté, parfumé et vêtu d’une belle tenue de ville, cache un animal sauvage, qui rêve d’un festin de lapins et de lièvres, et de courir jusqu’à plus soif derrière une bande de chevreuils en déroute.
Marie Perrin
* Attention toutefois : le chat de la maison n’est pas le chat du voisin, et le chat dans la maison n’est pas le même qu’au-dehors de la maison. Certains chiens peuvent très bien dormir avec leur chat, et vouloir tuer les chats du dehors, ou dormir avec leur chat dans la maison, et vouloir  le tuer à l’extérieur, dès qu’il se met en mouvement.

5 commentaires:

  1. Bonjour,

    J'irais même plus loin en disant que chaque phase de la séquence de prédation est renforcée par la suivante. En admettant qu’une séquence de prédation se décompose comme suit, Recherche - détection – approche – poursuite - attaque - mise à mort - consommation, la détection encourage la recherche, l’attaque encourage la poursuite... Je veux dire par là que même une séquence incomplète s’auto-renforce.

    Raphaël Pin
    ECC

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai jamais eu ce genre de soucis avec mon chien.

    Un chien qui prédate... Je veux bien, mais franchement, dans l'état actuel des choses, peu de chiens vont "chasser"...
    Et l'amalgame avec tous les chiens... Leurs éducations étant différentes, surtout dès la naissance... Je ne suis pas d'accord.
    Et la prédation n'est pas trop dans le "sang" des bergers. Au contraire, ils tiennent vraiment du loup, et sont plus dans la protection, et l'esprit de meute. D'ailleurs, un loup qui n'a pas besoin de chasser, ne chassera pas.
    Question de de besoins...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Je connais beaucoup de bergers qui ont un instinct de prédation très fort. Des qu'un gibier ou un chat passe sous leur nez, ils le poursuivent. Ce sont tous des chiens qui n'ont pas besoin de chasser mais l'excitations de la poursuite est trop forte. Tout n'est pas qu'une question de besoin enfin selon moi.

      Supprimer
  3. Je valide l'annotation de la fin, la mienne le fait. Elle adore nos chats à l'intérieur mais dehors ils sont considérés comme proie. Dès qu'ils bougent elle surgit et l'attrape à la gorge....

    RépondreSupprimer